Jeudi  25 Djoumada Thani 1438  -  23 mars 2017
  Accueil > Santé
Arnaque du faux médicament « Rahmat Rebbi » : Le ministre se lave les mains
mardi 6 décembre 2016, écrit par : Boutebna N.

Devant l’échec avéré du supposé traitement anti-diabète « Rahmat Rebbi » , et suite à l’annonce de l’hospitalisation de patients ayant consommé ce produit, le ministre de la santé Abdelmalek Boudiaf se retrouve dans une situation bien agaçante.

En effet, le ministre qui avait contribué à médiatiser ce supposé médicament a choisi de se laver les mains de tout rapport avec ce produit et de prendre la fuite en avant, en déclarant que son ministère n’avait aucune responsabilité concernant la commercialisation de « Rahmat Rebbi ».

Abdelmalek Boudiaf a en effet nié que son département ait une quelconque responsabilité dans l’affaire de « Rahmat Rebbi » , en précisant que la commercialisation de ce produit relevait des prérogatives du ministère du commerce, puisqu’il s’agit d’un complément alimentaire et non d’un médicament.

De son côté, le directeur de l’organisation et de la régulation au sein du ministère du commerce, Abdelaziz Aït Abderrahmane, a déclaré que le département de Bakhti Belaïd ne pouvait intervenir et arrêter la commercialisation de Rahmat Rebbi qu’en cas de réserves émises sur ce produit par le ministère de la santé. Nous ne sommes pas habilités à contrôler les produits pharmaceutiques et semi-pharmaceutiques car ils sont sous le contrôle des instances du ministère de la santé a-t-il précisé.

Le ministre de la santé Abdelmalek Boudiaf, qui a grandement contribué à médiatiser Rahmat Rebbi , choisit donc la fuite en avant et se lave les mains de cette affaire, devant le scandale qui se dessine à l’horizon et qui risquerait de lui coûter son portefeuille de ministre.

Source : kabylie-news.com

30 commentaire(s) publié(s)
Témoin :

Pourquoi tout ce tapage médiatique contre un simple complément alimentaire ?
Son concepteur a très bien expliqué que son produit peut être bénéfique, pour les malades diabétiques, en les soulageant de la fatigue et des complications qui peuvent surgir à cause de leur diabète.
Seulement il a toujours insisté que les malades devront rester, sous le contrôle de leur médecin traitant qui est le seul habilité, à décider des médicaments à leur prescrire et les doses adéquates.
Laissez le temps au temps car c’est le seul qui va permettre la décantation du vrai du faux.

Ps :
A croire les nombreux témoignages des malades qui ont essayé ce complément alimentaire , ils sont tous unanimes sur l’amélioration de leur état de santé.
Seraient-ils tous des menteurs ?

Eraser :

Désolé, il n’est pas un simple complément alimentaire. C’est un médicament qui agit sur le corps. Ce médicament a été trop médiatisé comme un remède miracle avec le soutien de Dr Zoubia (Zaïbat)
Les intellects algériens sont des idiots, c’est vraiment un paradoxe à comprendre. Ces pseudo-intellects ont abruti le peuple. La chita est à tous les niveaux.
https://www.youtube.com/watch?v=ZmRSoNTicSY
Il faut comprendre que le diabète est une maladie incurable. Elle nécessite un traitement rigoureux et un suivi quotidien afin d’éviter des dommages graves tels que le blocage des reins, la gangrène, la perte de vue, etc.
Un état respectable doit contrôler tout produit touchant à la santé publique. C’est le rôle du ministère de la santé d’approuver ou d’interdire tout médicament. Voici l’exemple de ministère respectable dans un état respectable https://www.dea.gov/index.shtml.
L’Algérie est devenue une proie aux charlatanas et aux idiots.
Nous avons entendu beaucoup d’imbécilités, tout est dans le Coran, Toub ennabaoui, Einstein a tort sur la relativité. Le djinn c’est le neutrino, etc.

Touz fikoum, vous n’avez même pas un état respectable que du bla bla
Touz fikoum, vous n’avez même une élite de gardes fous.

L’Algérie est devenu un pays de fous, on passe un minable à la television pour raconter des imbécilités.

Eraser :

pour un respectable ministère, il faut voir les liens plus appropriés à la place de dea.gov
https://health.gov/
http://www.fda.gov/

Commentaire n°269635 :

au raseur raseé tu te prend pour qui bougnioul ?

Commentaire n°269648 :

Le ministère du commerce vient de décider, de suspendre la commercialisation, de R.H.B.
Il parait qu’on va lui faire subir d’autres tests …
La question qui se pose : Pourquoi a-t-on autorisé sa commercialisation, pour la suspendre après ?
Il y a certainement anguille sous roche…
Les seuls qui peuvent juger objectivement ce produit sont les malades diabétiques qui l’ont essayé.
Y en a-t-il parmi les sétifnautes ?
J’aimerai bien entendre leur avis .

Commentaire n°269657 :

J’ai trouvé une très bonne réponse sur bougnoule. Les crédits vont à son auteur (anonyme)

De ñuul, mot d’origine wolof (langue du Sénégal) qui signifie « noir », Bunùul signifiant "qui est noir". Le terme est apparu en 1890. Il est notable que ce terme était utilisé par les Allemands pour désigner les Français durant la Seconde Guerre mondiale avant d’être repris par ces derniers pour désigner les personnes d’origine nord-africaine.
Une autre origine plus incertaine est avancée : Lors de la Première Guerre mondiale, les troupes en premières lignes dans les tranchées, composées en grande partie d’hommes venant des colonies d’Afrique, se saoulaient pour se donner du courage avant de tenter une percée dans les lignes adverses. On peut supposer que leur accent leur faisaient dire « aboul gnoul » (comprendre : aboule la gnôle, apporte l’alcool). « ********* » qui tirerait donc son origine de cette façon de demander l’alcool avant le combat, fut généralisé pour désigner les colonisés, avant tout dans l’armée. Suite à la Seconde Guerre mondiale, puis la Guerre d’Algérie où le sens s’est appliqué pour les maghrébins. C’est devenu par la suite et jusqu’à aujourd’hui une insulte raciste. Ou l’était-ce dès l’origine ?

Sache ya habess que je n’ai jamais visité la France. Ce qui est certain je pense différemment et je ne suis pas un moron comme toi.

khali :

le même produit est au stade d’expérimentation en france
ce produit a donné d’excellents résultats sur les souris

il sera bientôt commercialisé sous le label des marques étrangères
nos toubibs qui rejettent le made in Algéria seront les premiers à faire le bup pour le made in france, GB... (israel) et ce après une virée à Paris sur invitation, avec prise en charge totale, des labos de ce pays

NB : des toubibs qui s’achètent pour quelques jours sur la rive gauche de la seine

au lieu d’apporter leur contribution pour améliorer les performance de ce produit et faire un travail pédagogique pour préparer les diabétiques à suivre les instructions afin d’éviter des nouveaux drames du au non respect des prescriptions , nos charlatans toubibs œuvrent pour le développement de l’industrie pharmaceutique étrangère et incitent à la dépendance de l’Algérie, de l’étranger en matière de santé

la preuve tous les hommes politique y compris le fakhanatou , se soignent à l’étranger , Alors que le défunt Fidel Castro a doté cuba d’une couverture sanitaire parmi le meilleures du monde

Commentaire n°269701 :

Depuis quand un grand pays de la médecine (de nombreux prix Nobel) comme la France apprend des novices Algériens. Il faut citer vos sources sinon c’est du bla bla rien de plus comme vous le faites habituellement avec de longs textes quasiment nuls dans le contenu.
Vous parlez d’améliorer la performance de ce produit, ici c’est votre ignorance qui parle. Vous connaissez plus que moi le charlatan Belhamer et la propagande médiatique sur ce cuisinier.
De nos jours nous avons un nouveau charlatan le Dr Zoubia avec son produit Rahmat Rebbi (Poudre de perlimpinpin, snake oïl) https://en.wikipedia.org/wiki/Snake_oil.
L‘appellation Rahmat Rabbi est déjà mal appropriée et une escroquerie. Si maintenant chacun fait un cocktail de vitamines et crie c’est un médicament miracle il devient un escroc et un charlatan.
Les universités algériennes sont nulles, il y’en a aucune chance aux chercheurs locaux de réussir dans tous les domaines. L’Algérie n’est pas un pays de sciences, il suffit de dire quel est le pourcentage du PIB alloué à la recherche et le développement (inexistant). C’est vraiment une honte que les toubibs et leurs professeurs ne dénoncent pas les charlatans touchant à la santé publique.

C’est un pays de fous et l’état ne joue pas correctement son rôle. Où est le problème de demander une expertise internationale de ce produit dans des labos étrangers. Il faut revoir la procédure d’agrément de nouveaux produits et les exigences des pré-tests cliniques définies.

Il faut que le mensonge( Festi) cesse, nous sommes ce que nous sommes. La dernière propagande médiatique, c’était l’envoi dans espace par une fusée indienne de trois gadgets munis de caméra fabriqués par les Anglais. Les premières images prises sont celles de la côte EST des états unis, on parlait de prouesse de la technologique algérienne de ASAL (NASA algérienne) ou lieu de dire simplement que nous sommes que des photographes.

Désolé de l’off-topic

khali :

quand les gens deviennent des esclaves de l’argent, des matérialistes, des commerçants je m’excuse des charlatans en usant de la religion, rien ne vas plus

je sais que certaines personnes vont lever leur bouclier pour m’accuser de dire une chose et son contraire
alors que je souligne que de nombreux concitoyens sont formatés pour se faire de l’argent , nuire aux autres sans se soucier de la manière et du préjudice

les uns accusent le dr de charlatan , le dr utilise les sentiments religieux pour sa faire de l’argent et nuire les uns les autres tout en se courbant devant le made in étranger

Commentaire n°269712 :

@ 269701

La règle dans les pays qui se respectent est d’encourager les gens qui travaillent même s’ils viennent de l’étranger !
L’autre règle est de les doublement récompenser s’ils réussissent et de les remercier d’avoir essayé s’ils ne réussissent pas, may be next time , va-t-on leur dire.
Ce sont ces deux règles fondamentales qui font la différence , entre les sociétés qui avancent et celles qui traînent.
Il faut savoir aussi que la colonisation d’esprit est un frein des sociétés qui étaient colonisées.
Peuvent-elles s’en libérer, un jour ?
Oui certainement, mais pas avant d’avoir un certain self-estime !
A bon entendeur salut !

Eraser :

Désolé, tu n’as aucun niveau et tu es un vrai imbécile. La preuve tu as cherché le mot moron que tu ne connais pas dans un dictionnaire français ensuite tu fais un lien direct entre moron et le Québec.

Je vois que tu découvres aussi l’orthographe de bougnioul (bougnoule). Je ne suis pas un copycat, j’ai donné les crédits à l’auteur (anonyme). Au lieu d’insulter les gens, éduque et cultive toi, tu as beaucoup de choses à apprendre sur le Net.

Ya habass voici une autre manière de penser différemment.
https://goo.gl/ahQ4tq

Aïssa :

Une très grande responsabilité du Ministre de la Santé, qui après avoir fait la publicité de cette arnaque, est bien silencieux ! ! Salam.

Mehdi :

C’est la conséquence de la "chouroukisation" des esprits, voulue par ceux qui nous gouvernent, car un peuple ignorant est facile à berner.

Après Belahmer, c’est au tour d’un charlatan, comme ceux qu’on voit dans les souks vendant des pommades miracles, qui fait l’objet d’une promotion médiatique de la part de journaux rétrogrades, et aussi d’un soutien officiel sans précédent, ce qui lui a permis d’escroquer tout un peuple avec une facilité déconcertante .
Mais ne dit-on pas qu’il n’y a pas de bourreau sans victime, car nous méritons bien ce qui nous arrive.
Depuis quelques jours, les déclarations révoltantes et les scandales se succèdent,faisant de nous la risée du monde entier, avec une image vraiment dégradée de notre pays..
Le cauchemar n’a pas l’air de finir et ça n’augure rien de bon pour l’avenir.

Aïssa :

Malheureusement "notre" Algérie, à cause de l’argent sale, de la corruption, de la convoitise, de la malhonnêteté, des magouilles, des bakchichs, du manque d’esprit de citoyenneté ( mais aussi à cause du chômage des jeunes, et de l’absence d’avenir...), l’Algérie au lieu de progresser, évolue de façon à ressembler à l’Afrique sub-saharienne, non ? Salam.

Aïssa :

Et le Ministre de la Santé ? ? ? Il dort bien tranquille avec l’argent volé aux algériens : QUELLE HONTE pour lui, et malheureusement pour l’Algérie ! ! ! Quelle image pour le monde de la santé algérienne : médecins, pharmaciens, laboratoires ! ! De faux médicaments, avec un faux médecin, avec des informations fausses données par un Ministre de la Santé : vraiment catastrophique = un pays en voie de développement : magouilles, bakchichs, trafic, mafia ! Salam.

merouche charaf éddine :

salam oualikoum-c’est faux médicament vienne de chine et de l’inde et son revendu en algérie.une petite vidéo qui éxplique le mode de fonctionement de cette mafia organiser qui inonde le monde de faux médicament et les solutions pour sans prémunir https://www.youtube.com/watch?v=3V5QosVtnGc et http://www.gps-dz.com

Aïssa :

D’accord pour l’information sur les contrefaçons ="les faux médicaments" .

Oui mais pour le RHB il ne vient pas de Chine et d’Inde, il a bien été fabriqué en Algérie, par un faux médecin algérien, par des Laboratoires algériens, et avec la Publicité d’une chaîne de télévision algérienne, et pire encore avec la publicité du Ministre de la Santé = honte à lui ! Salam.

Aïssa :

"Pourquoi tout ce tapage médiatique contre un simple complément alimentaire ? " ? ? ? ? ?
Il faut lire la presse algérienne ! :

" La Tribune des Lecteurs" :
" La formule chimique de » Rahmet Rabbi » enfin dévoilée par un laboratoire étatique : Accablant…
Par/Imen. Hamadache :
L’affaire du complément alimentaire » Rahmet Rabbi » revient sur la scène médiatique avec le dévoilement des premiers résultats des analyses auxquelles a été soumis ce produit. Les résultats de laboratoire de toxicologie de CHU de Constantine ont révélé la présence de nombreuses substances non évoquées par son metteur au point, Toufik Zaibet, ainsi que l’absence de nombreuses substances que ce dernier a affirmées être présent dans son produit. Le laboratoire a annoncé que certains composants du complément » RHB » ne figure pas dans la notice du produit qui a été commercialisé aux diabétiques. Ainsi, le directeur du laboratoire de toxicologie du CHU de Constantine a révélé que, le produit de Toufik Zaibet n’était pas conforme aux normes internationales, et que son metteur au point n’a précisé ni les plantes desquelles il a extrait ses composants, ni les doses à respecter lors de la consommation de ce produit. La même source a également fait savoir que les acides gras » Oméga-3 « , mentionnés sur l’emballage du produit comme faisant partie de sa composition, n’étaient en réalité pas présents dans » Rahmet Rabbi « . Par ailleurs, le produit contient un principe actif non définit (SOPEB) : aucune existence chimique. L’autre anomalie, ce sont les oligoéléments qui font des excipions avec aucune indication sur la composition. Sur le plan quantitatif, le rapport note la seule donnée SOPEB à 8%, sans aucune information sur les quantités. Sen matière thérapeutique, il est écrit sur la notice que ce produit est recommandé pour atténuer les complications liées au diabète. Cela veut dire qu’il y a effets secondaire, alors que dans la définition, il n’existe pas d’actions thérapeutiques vu que c’est un complément alimentaire. Le responsable du laboratoire a affirmé que si son laboratoire possédait des matériaux très avancé pour effectuer un démantèlement partiel du médicament. Dans le même sillage, l’expert a affirmé son étonnement quant à la dissimulation par Z.T la composition du » RHB » vue que il aurait pût obtenir un brevet d’invention qui lui aurait permet de protéger son invention si il est le véritable créateur. L’absence des textes réglementaires en qui monopolisent la commercialise des compléments alimentaires en Algérie a facilité la vente du » RHB « . Sur le plan analytique, le rapport détecte la présence d’un alcaloïde. Une étude est en cours pur déterminer les activités probables. En fin une anomalie d’ordre réglementaire sur la vignette, le produit ne mentionne pas exactement le non du laboratoire fabricant. Rappelons que le metteur au point de ce produit qui fait polémique, a avoué il y a quelques jours avoir menti sur le fait qu’il était diplômé de l’université de Genève (Suisse). Il a depuis disparu de la scène médiatique et a même refusé de commenter l’annonce d’une plainte déposée contre lui par le groupe pharmaceutique » Saidal « .
I.H

Aïssa :

Comment les personnes ont été trompées, volées par un FAUX MÉDECIN ! ! Et pire encore utiliser l’Islam = c’est sheitan
"Vous êtes ici : Accueil National Economie Pétrole : producteurs et consommateurs se donnent rendez-vous au 15e IEF d’Alger
a/s du RHB : Médicament contre le diabète

Catégorie parente : ROOT
Catégorie : National
Création : dimanche 20 novembre 2016 12:33
Mis à jour : mercredi 14 décembre 2016 17:54
Publication : dimanche 20 novembre 2016 12:33
Écrit par MedSouilah
Affichages : 1424

Bonjour ; Au moment, où, le flacon de l’insuline est de 450 DA au maximum, voilà que le RHB apparaît, soit disant un médicament miracle, déjà mis sur le marché, et, à quel prix : 1760.00 DA, et peut être non remboursable.
Nous sommes loin de la spécialité, mais, quand on nous apprend cette histoire du paracétamol, qui nous a fait mal à la tête, il y a de quoi douter...
Qualifié de médicament miracle à l’époque, l’insuline demeure, aujourd’hui encore, indispensable pour les personnes atteintes de diabète de type 1 et un traitement essentiel pour beaucoup de patients atteints de diabète de type 2. En 1923, le prix Nobel de Médecine est décerné à Banting et Mac Leod. qui ont découvert l"insuline après des années de recherche, et des essais en laboratoire. Depuis ce jour, l’insuline a permis à des millions de diabétiques de mener une vie presque normale. Abdelmalek Boudiaf n’a pas apprécié et a reproché aux pétitionnaires de douter du génie algérien : "C’est un remède miraculeux qui va révolutionner le monde de la médecine. Toufik Zaibet est loin d’être un charlatan, il est connu et reconnu en Europe. Laissez-le travailler !" avait déclaré le ministre de la santé. Vous avez une vidéo ci-dessous... RHB, à connotation religieuse, signifie “ Rahmet Rabi” la Miséricorde du Dieu. Bonne journée.

Aïssa :

"Tout a commencé avec un reportage diffusé à la télévision. Nous sommes début 2016, Echourrouk News propose à ses téléspectateurs un sujet sur l’innovation en Algérie. Dans le document, Toufik Zaibet est présenté comme l’inventeur d’un remède miracle contre le diabète. Le sujet fait le buzz et le « docteur » Zaibet est demandé partout. Le ministre de la Santé le reçoit, avec caméras et photographes pour immortaliser l’instant.

Abdelmalek Boudiaf est enthousiaste : « En fait, on a une méthode scientifique : on va présenter (le médicament) à notre laboratoire et les experts. Après cela, ce produit sera enregistré et distribué ». Le ministre félicite « le peuple algérien pour ce produit ». Un produit « qui va provoquer, j’en suis sûr, une révolution », poursuit le ministre de la Santé.
Quand Boudiaf parlait des vertus du RHB

Après cette rencontre, le ministre multiplie les interventions sur le sujet notamment sur Echourrouk. Le média mène une véritable campagne en faveur de ce produit « miracle » découvert par un « chercher algérien ».

« De nombreux cas ont guéri (grâce à ce remède) », affirme une journaliste de la chaîne lors d’une interview du ministre de la Santé. « Ce médicament est distribué en Espagne et en Arabie saoudite Est-ce qu’il est possible qu’il soit présenté comme complément alimentaire pour accélérer son enregistrement (en Algérie) ? », insiste-t-elle.

Prudent, Abdelmalek Boudiaf souligne l’importance de ne pas se précipiter, même s’il abonde dans le sens de la journaliste. « Ce médicament n’a pas d’effets secondaires. Certains cas suivis se sont débarrassés définitivement de l’insuline et des comprimés (…). Le pancréas a repris son activité de (sécrétion) », affirme le ministre de la Santé.
Les première victimes et la réaction du ministère du Commerce

On connaît la suite. Début décembre, un diabétique âgé de 75 est transféré en urgence au centre hospitalo-universitaire de Constantine dans un état comateux. L’homme avait abandonné son traitement à l’insuline et s’est contenté de « Rahmat Rabi » qu’il avait acheté en pharmacie. D’autres victimes sont enregistrées à Oran. À chaque fois, c’est le même profil : des diabétiques qui ont abandonné leur traitement pharmaceutique pour se contenter de « Rahmat Rabi ».

C’est le ministère du Commerce qui réagit en premier. Il met garde contre l’utilisation du complément alimentaire dénommé « RHB » commercialisé au niveau des pharmacies. Les services du contrôle de la qualité et de la répression des fraudes de ce ministère procèdent « au retrait de ce produit avec prélèvements aux fins d’analyses et vérification de conformité », selon le communiqué du Département du commerce diffusé le 7 décembre.

Toufik Zaibet fait de la résistance et continue de défendre son produit. Dans la presse et sur les plateaux de télévision, il dénonce, pêle-mêle, « la concurrence », « la jalousie », « les saboteurs »… Il menace de poursuites judiciaires tous ceux qui oseront encore affirmer que son produit est dangereux.

Hier, le ministère de la Santé a ordonné pour sa part aux pharmacies de cesser la commercialisation de Rahmat Rebbi.
De nombreux dysfonctionnements

L’histoire de ce complément alimentaire présenté au début comme un médicament lève le voile sur de graves et inquiétants dysfonctionnements qui touchent plusieurs secteurs. D’abord, le nom du produit aurait pu alerter les autorités : Rahmat Rabi (la miséricorde de Dieu) ou RHB. Peut-on utiliser le nom de « Dieu » comme marque commerciale ? La réponse est clairement non. Pourtant, ce choix ne semble avoir choqué personne, à commencer par les nombreux prédicateurs qui se prononcent sur presque tout à longueur d’année.

Ensuite, dans sa réaction, le ministère du Commerce a, sans le vouloir, révélé un grave dysfonctionnement : le produit n’a pas subi d’analyse avant sa mise sur le marché. Le ministère du Commerce a décidé d’effectuer des analyses seulement après l’éclatement du scandale.

Le ministre de la Santé a également fait preuve d’une incroyable imprudence. « C’est quelqu’un qui était à Genève. J’ai vu son CV. Il faisait des recherches à Genève », disait-il. A-t-il été induit en erreur par Toufik Zaibet ? Les services du ministère n’ont-ils pas fait leur travail ? Pourtant, il suffisait de contacter la faculté de médecine de Genève pour avoir la réponse.

Hier, dans un entretien accordé à Echourrouk, l’« inventeur » a fini par le reconnaître : il n’a jamais obtenu un diplôme en médecine. « Je ne suis pas médecin, mais j’ai étudié la médecine et je n’ai pas terminé mes études », a-t-il dit.

Aïssa :

"Pourquoi tout ce tapage médiatique contre un simple complément alimentaire ?". Quelle grossière erreur dans ce commentaire ! ! Pourtant journaux et télés ont bien informé sur l’escroquerie de ce faux médecin (qui utilise l’Islam en plus !!!!!). C’est une affaire de MAFIA, de bandits, de voleurs (vu le prix du RHB) et d’assassins ( car il y a eu des décès pour des gens qui ont arrêté leur insuline). Ce faux médecin et ses complices "association de malfaiteurs", devraient aller en prison.....sinon qu’ils aillent au diable, ces sheitans ! Salam .

Aïssa :

"Pourquoi tout ce tapage médiatique contre un simple complément alimentaire ?". Quelle grossière erreur dans ce commentaire ! ! Pourtant journaux et télés ont bien informé sur l’escroquerie de ce faux médecin (qui utilise l’Islam en plus !!!!!). C’est une affaire de MAFIA, de bandits, de voleurs (vu le prix du RHB) et d’assassins ( car il y a eu des décès pour des gens qui ont arrêté leur insuline). Ce faux médecin et ses complices "association de malfaiteurs", devraient aller en prison.....sinon qu’ils aillent au diable, ces sheitans ! Salam .

Aïssa :

"Pourquoi tout ce tapage médiatique contre un simple complément alimentaire ?" ;

" Conséquence de l’affaire « RHB » : Plus de 1000 enseignes d’herboristes ont fermé -
21 janvier 2017 22:31 -

- DIA-21 janvier 2017 : La guerre aux herboristes a déjà été déclarée. Après les enquêtes ouvertes, place maintenant aux sanctions. Plus de 1000 enseignes activant dans le domaine viennent de fermer boutique.

L’affaire du fameux « RHB » a déclenché une véritable tempête et a attiré toute l’attention du Gouvernement sur cette nouvelle tendance de médication. Faisant ainsi une mauvaise pub pour la filière. De ce fait le Ministère du Commerce s’est engagé a assainir ce segment commercial qui est devenu très prisé par les Algériens. Et les résultats commencent à se concrétiser sur le terrain au grand dam des professionnels de la filière.

En effet, selon des sources du Ministère du Commerce, ce dernier aurait procédé à la fermeture de plus de 1000 boutiques d’herboristes à travers le pays. Et si l’on compte ceux activant illégalement, le chiffre avoisine les 3000 enseignes.

Pour rappel, en décembre dernier le Ministère du Commerce avait déclaré ouvertement la guerre aux herboristes. Une missive de la Direction générale du contrôle économique et de la répression des fraudes (DGCERF) rattaché au même département et datée du 21 décembre 2016 avait instruit les Directions de commerce de chaque wilaya du pays d’ouvrir des enquêtes approfondies sur toute enseigne qui propose ce genre de médication. Ainsi la fermeture de ces enseignes serait l’aboutissement de ces enquêtes.

Par ailleurs, une source du Centre National du Registre de Commerce (CNRC) nous a révélé que pas moins de 3261 herboristes sont inscrits dans cet organisme.

Et c’est dans ce contexte que la cacophonie surgit. Car selon certains herboristes que nous avons contacté ils sont en règle par rapport à la loi en vigueur et ne comprennent pas pourquoi le Ministère a ordonné la fermeture de leur enseignes. Ils expliquent qu’ils sont inscrits au CNRC, et donc leur activité est parfaitement légale et réglementée. Ils se demandent à cet effet : « pourquoi on nous ferme nos boutiques alors que nous sommes en situation légale vis-à-vis de la loi » et ajoutent : « si cette activité n’est pas légale, ils auraient dû dès le début nous le faire savoir ».

Face à cette situation, les herboristes ne comptent pas baisser les bras. Ils veulent lutter pour que justice soit faite et afin que leur activité soit réglementée et codifiée.

- Lamine Réda -

Aïssa :

"Pourquoi tout ce tapage médiatique contre un simple complément alimentaire ?".

WAKE UP INFO

" Le complément alimentaire « Rahmet Rabbi », sponsorisé par la chaîne algérienne « Echorouk » et présenté comme un remède miracle contre le diabète, prend des tournures alarmantes mettant en danger la vie des diabétiques.

Devant la gravité de la tromperie et face au courroux du corps médical et de larges pans de la société, le charlatan docteur « Zaibet Toufik » s’est rétracté requalifiant sa découverte de complément alimentaire et démentant avoir parlé d’un remède miraculeux ! Les vidéos de ses sorties sur Echorouk TV prouvent les contrevérités du soi-disant chercheur.
Le guérisseur providentiel démasqué par l’université de Genève (Suisse)

Populisme, Nationalisme, instrumentalisation de la religion pour des fins de marketing avec le nom du produit (Rahmet Rabbi), Toufik Zaibet n’a pas économisé d’efforts pour vendre cette illusion, allant jusqu’à prétendre être diplômé de médecine de la prestigieuse université suisse de Genève dont la chargée de communication dément dans un appel téléphonique avec Ennahar TV.

Le remède miracle fait ses premières victimes à Constantine
Deux personnes diabétiques ont été hospitalisées au CHU de Constantine pour avoir arrêté leurs prises d’insuline pour s’adonner au RHB, le fameux « remède » miracle du docteur Zaïbat. Le pronostic vital de l’une d’entre elles serait sérieusement engagé. Cependant, ce fameux remède a été présenté comme étant la panacée au diabète. Une affirmation appuyée par des médias proches de la mouvance conservatrice et le ministre de Santé algérien, Abdelmalek Boudiaf, lui-même ".

Arlette Colin.

Aïssa :

Affaire classée ? Pour tous ces mafieux : " coup d’éponge" ? Et le Ministre de la Santé : dort toujours bien tranquillement avec un très bon salaire, c’est bien ça ? ? ? ? ? Slama.

Commentaire n°271426 :

On attend toujours les résultats des analyses, de ce produit RHB, aussi bien par les labos du ministère du commerce, que par les labos du ministère de la santé.
Jusqu’ici on a su que le concepteur de ce produit RHB n’est pas médecin, comme cela a été démontré, in live show, par la chaine satellitaire Ennahar.
Mais on attend toujours nos scientifiques, pour nous démontrer, avec preuve à l’appui, que le produit en question n’est pas conforme, pour ne pas dire qu’il peut être dangereux pour la santé, comme cela a été dit.
De ce fait, l’affaire n’est pas réellement classée.
A moins que j’ai raté des infos depuis lors...

khali :

COMBIEN COUTENT A L’ETAT LES SOINS A L’ETRANGER D’UN DEPUTE, D’UN SENATEUR, D’UN MINISTRE ?
EST-CE QU’UN DEPUTE , UN SENATEUR SORTANT OU UN CANDIDAT AUX ELECTIONS, UN IMAN PEUT NOUS ECLAIRER SUR LA PRATIQUE DE PRISE EN CHARGE PAR L’ETAT DE CES PERSONNES ALORS QU’ELLE INTERDIT A UN CITOYEN D’ALLER SE SOIGNER A L’ETRAGER PAR SES PROPRE MOYENS ?

JE REPRENDS UN ACTICLE DU QUOTIDIEN « LIBERTE EN DATE DU 12/02/2017)

L’ARGENT DEVAIT SERVIR AUX FRAIS DE SOINS EN TUNISIE
Un Algérien arrêté aux frontières avec 30 000 euros cachés dans ses chaussettes

Un citoyen, en partance vers la Tunisie, a été arrêté, la semaine dernière, au poste-frontière d’Oum Teboul (daïra d’El-Kala, wilaya d’El-Tarf), selon une source douanière. Il tentait de faire sortir clandestinement, du territoire national, environ 30 000 euros en coupures de 100 euros. L’argent était dans ses poches et ses chaussettes. Pris en flagrant délit (la loi autorise l’exportation d’un maximum de 7000 euros par voyage sur la foi de la déclaration du voyageur), l’homme a expliqué que cette somme devait servir à payer les frais des consultations médicales dans une clinique privée en Tunisie, nous dit-on. Il a été verbalisé puis présenté, dans la journée, devant le procureur de la République qui statuera sur le délit dont il est l’auteur. À noter que la réglementation algérienne, qui ne permet pas la sortie du pays de sommes importantes, même pour des utilisations dûment motivées et justifiées, pose un sérieux problème pour de très nombreux Algériens, qui prennent le parti de se soigner à l’étranger par leurs propres moyens, notamment en Tunisie, en Jordanie et en Turquie. Il y a quatre mois, 40 000 euros ont été saisis chez un voyageur qui se rendait en Tunisie pour les mêmes motifs.
Messieurs les élus à vos gosiers pour nous éclairer sur la légalité d’une démarche et l’interdiction d’une autre démarche
Ne sommes nous pas des égaux pour les soins ?

Toufik :

Le concepteur de "rahmat rabi" a triché. Il l’a présenté au départ comme un médicament puis après les critiques de l’ordre des médecins..etc. il s’est repris en disant que c’était un complément alimentaire.

Si depuis le depart, il avait dit la vérité, il n’y aurait pas eu tout ce brouhaha derriere cette affaire.

Ensuite, le ministre de la santé a fait preuve d’incompetence ou de naïveté même si son but semblait louable (mettre en avant le chercheur algérien). A mon avis, suite à cette affaire il aurait du démissionner. Il en sortirait grandi.

En outre, pour repondre à errasé qui se prend pour je ne sais qui, qu’il sache qu’un problème physique (je ne parle pas ici du diabète que l’on soit clair) peut avoir son origine d’un problème psychique (les toutes dernières études sorties cette année sur le cancer l’ont démontré). Il y a aussi les problèmes psychosomatiques qui s’avéreront ensuite de réels problèmes physiques. La science le demontre aujourd’hui. Il existait pourtant un hadith qui disait "la tamaradou hata tamradhou" tres bonne synthèse de nos études scientifiques actuelles.

Le coran et la sunna sont des remèdes à des maux psychiques (remède du coeur et de la pensée "chifa essoudour"). En Allemagne, il a été utilisé en psychiatrie pour apaiser certains malades. De plus, ils nous donnent des pistes de travail extrêmement sérieux pour nos études scientifiques. Je l’ai utilisé personnellement en 2ème cycle en éducation et 3ème cycles d’études universitaires en médecine.

Au final, il ne faut pas tout mélanger (certains charlatans qui utilisent les mots coraniques et prophétiques à desseins purement mercantiles et d’autres qui nient bêtement et simplement l’apport du Coran et de la Sunna dans la médecine.( Ibn Sina doit se retourner dans sa tombe)

Eraser :

@Toufik
Cher Monsieur, Je ne me prends pour personne que ce soit. J’ai fait une étude et une analyse, that is all
Le corps humain est complexe, on dit bien un esprit sain dans un corps sain Mens sana in corpore sano comme corollaire un corps malade envelope un esprit malade.
C’est clair que le psychique joue un grand role et je suis entièrement d’accord sur cela si cela vous apporte plaisir.

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles