Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus  
  Accueil > Culture >

Oued el Bared célèbre le mois du patrimoine

vendredi 19 mai 2017, écrit par : Hamoud ZITOUNI

Il faut avoir l’esprit libre et créatif pour aller à 1200 mètres d’altitude afin d’organiser une exposition d’articles de l’artisanat local. C’est ce qu’a fait l’association de la fidélité au patrimoine et à la promotion du tourisme de la commune d’Oued el Bared située du nord de la wilya de Sétif pour célébrer le mois du patrimoine. Une association composée de jeunes et de moins jeunes dont un grand nombre sont des universitaires dont le cœur est arrimé aussi bien à la modernité et l’avenir qu’au patrimoine millénaire dont l’amazighité en est une forte composante. Mais pas que ça : ces jeunes conscients des enjeux environnementaux entendent inscrire leur commune dans le développement durable et de la protection de la nature.

Le site champêtre qui reçoit pour la troisième fois l’évènement est situé au lieu dit Aguemoune sur la crête montagneuse qui sépare les limites territoriales des wilayas de Bejaia et de Sétif. Selon toute vraisemblance et au vu de traces encore visibles d’alignement de pierre taillée, l’endroit aurait abrité un ancien fort de surveillance romain. On peut apercevoir au nord entre les alignements de crêtes abruptes la mer d’où provient en permanence une brise de fraicheur iodée. Au sud, le regard couvre tous les contreforts qui séparent le pays montagneux des hautes plaines sétifiennes. Une vue imprenable !

L’exposition à l’air libre ou dans les tentes est dédiée à l’artisanat local. On y trouve un outillage divers utilisé dans le travail de la terre et l’élevage ainsi qu’un grand nombre d’articles domestiques allant de la cuisine et au couvert jusqu’à la literie et le vêtement. On peut être surpris et admiratif par la capacité inventive de nos ancêtres à tirer profit de la matière qu’offre la nature : l’argile, le bois, la pierre, la peau d’animal, la laine, etc… pour façonner son outillage et ses articles utiles à sa vie de tous les jours. Certains objets ont perdu leur utilité et sont devenus des curiosités : la fourche en bois, le coffre de la mariée (« assandouk »), la chaussure quasi primitive faite de peau de vache dite « agherous », la meule en pierre ou « thassirs » pour moudre le blé et l’orge. La lourde couverture bariolée faite de laine appelée « bourabah » a cédé la place à la couverture en matière synthétique importée de Chine. L’araire, cet instrument de labour très bien adapté aux conditions de la montagne a été remplacé par la charrue bi-socs. Par contre, d’autres articles survivent au temps et la modernité mondialisée : la gargoulette ou « thabougalt » et le « achmokh » pour garder l’eau fraîche, le couffin en doum ou « adhelaa », le « assenaj » (panier en osier ou roseau) pour fruits, la « gass ‘a » pour le couscous (asseksiou), etc… Tous les articles sont étiquetés en arabe et en tamazight avec transcription phonétique en lettre latines pour les visiteurs non initiés.

Les organisateurs sensibles à la protection de l’environnement d’une beauté sauvage époustouflante tiennent l’endroit dans une propreté irréprochable. Les visiteurs constitués de familles entières viennent se ressourcer, retrouver les souvenirs de leur enfance et initier leur progéniture à la découverte du patrimoine ancestral. En même temps profiter de l’air pur et de la beauté du paysage qui s’offre aux yeux. Une immensité de monts verdoyants tachetés actuellement d’un jaune éclatant des gents en fleur. On peut y passer la journée en ramenant ses provisions ou prendre un sandwich et des boissons sur place.

Pour y accéder, il faut quitter le CW 137 A au niveau de l’agglomération de Tizmaline en tournant à gauche pour prendre la route menant vers Ait Messali. En arrivant à hauteur de ce dernier hameau, il faut emprunter à droite une piste carrossable qui conduit jusqu’à Aguemoune, lieu de la manifestation. La manifestation dure jusqu’à samedi 20 mai au soir.

Hamoud ZITOUNI.



4 commentaire(s) publié(s)
Aïssa :
Mille et un bravos pour cette belle initiative, pour le mois du patrimoine qui éclaire notre passé amazigh, et notre culture avec un regard enfin positif. Félicitations à tous ses organisateurs (universitaires, et tous ses participants), et au journaliste Hamoud ZITOUNI qui a rédigé cet article, et à M. Boutebna.N. Sans nos racines : pas de présent, et notre avenir se retrouve enrichi, par la connaissance de la vie de nos ancêtres. Ça donne de l’air frais, par rapport à tous ces articles, sur la guerre, la France etc. Et la dimension pédagogique est très présente, avec un éclairage culturel, qui enrichit toute démocratie, face à tous les obscurantismes, qui nous emprisonnent nous les algériens, ferment notre esprit, et nous rendent intolérants et négatifs ! Que ce beau travail, puisse inspirer d’autres algériens, et nombreux .....Incha Allah ! (...)
youcef :
Bonne initiative a encourager , mais mrs !! les photos c gratuit ! encore plus de photos sur le patrimoine et sur le site svp et merci
Mathias-Muhend :
Je souscris pleinement aux propos de Aïssa. Cette initiative démontre un niveau de conscience et une intelligence inégalées. C’est la preuve qu’un certain regard sur notre patrimoine et donc sur nous-mêmes est la preuve intangible que tout n’est pas perdu en ce bas monde. S’attacher à notre histoire pour comprendre qui nous sommes est la seule voie de salut après cet effacement et cette errance qui n’ont que trop durés. Bravo aux initiateurs. Merci à Hamoud Zitouni pour son effort, aussi inégalé, pour nous relater à chaque fois ces expériences porteuses d’espoir et nous faire découvrir ces contrées merveilleuses pleines de vie. Toute ma gratitude au journal de porter ces initiatives louables. BRAVO ET MERCI À TOUS. Muhend
ZITOUNI Hamoud :
Merci aux lecteurs d’être attentifs à mes écrits dont le but est de porter un intérêt à notre patrimoine, à notre histoire, aux initiatives et à tout ce qui nous entoure et nous réunit. Je dois préciser que JE NE SUIS PAS JOURNALISTE dont je n’ai ni la formation et encore moins la qualification et la compétence. Je ne suis qu’un citoyen d’un âge avancé qui entretient sa curiosité et aime la faire partager avec tout ceux et celles qui affectionnent la lecture et la découverte. Je reste attentif à tous les commentaires que suscitent mes articles.

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles