Accueil > Culture >

Le club sétifien d’échange de livres

jeudi 6 juillet 2017, écrit par : Hamoud ZITOUNI

Les Algériens, envahis par les réseaux sociaux, lisent de moins en moins Ils ont perdus réellement l’intérêt au livre. A voir le très petit nombre de librairies bien achalandées qui restent encore ouvertes, on a tendance à le croire. Pour toute la ville de Sétif, elles ne dépassent pas le nombre des doigts d’une seule main.

Les bibliothèques municipales sont très peu fréquentées. Mais la réalité est probablement plus nuancée : il suffit d’observer les extraordinaires marées humaines qu’attirent chaque automne le Sila (Salon international du livre d’Alger) et les épisodiques et irrégulières foires locales du livre. Comparativement aux sociétés avancées, le livre et la lecture sont peu prisés en Algérie.

En Europe, on lit à la maison, dans le bus, le train et le métro, en salle d’attente, chez le coiffeur, à la plage et à la bibliothèque. Le citoyen peut lire près d’une cinquantaine de livres par an. En Algérie où l’analphabétisme et l’illettrisme ont été sérieusement défaits grâce l’école, il est plutôt rare d’observer ce phénomène social d’attrait à la lecture. Est-ce parce que le livre est relativement cher ? Est-ce parce que les manuels de lecture et les livres de littérature sont mal conçus, rébarbatifs d’aspect, mal imprimés, bourrés même de coquilles, de fautes d’orthographe et de grammaire ? Est-ce à cause des programmes scolaires surchargés, pauvres en pédagogie et de cohérence ? Est-ce à cause de l’accaparement de l’esprit par le smartphone ? Tout un débat …

Pourtant, quelques belles hirondelles donnent espoir dans ce ciel de grisaille intellectuelle. Quelques éditeurs algériens s’appliquent à publier des livres de très bonne qualité d’impression sur divers thèmes. Des jeunes à Batna, Constantine et certainement ailleurs s’acharnent à tenir ouverts des kiosques à livres en libre service, parfois saccagés par des désoeuvrés ou probablement par des nervis commandités. A Alger, les bouquinistes se sont installés dans les allées du square de la grande poste et à Tipaza on organise des séances de lecture et de déclamation de la poésie. Les livres apparaissent dans les quatre langues usitées dans le pays : l’arabe, le français, l’anglais et, depuis peu de temps, en tamazight et la censure et moins pesante sauf lorsqu’il s’agit d’ouvrages appelant à la haine et la violence. La Toile offre, elle aussi, un domaine sans limite de lecture avec le bon, le moins bon, voire l’exécrable. Une chose impensable, inimaginable dans les années 70 et 80. A Sétif, c’est une autre belle initiative qui prend peu à peu corps : c’est le book swap ou l’échange de livres.

Lancé il y a déjà quelques mois par une petite équipe de jeunes bénévoles, ce forum d’échange est déjà à sa septième édition et capte l’intérêt de quelques centaines de visiteurs constitués essentiellement d’étudiants et de lycéens des deux genres. Ils viennent des quartiers de la ville de Sétif, des campus universitaires et aussi de villes d’Ain Azel, d’El Eulma, de Bougaa, d’Ain El Kebira et d’autres villes et villages de la wilaya de Sétif. L’évènement se réalise périodiquement grâce au savoir-faire de Walid et de ses camarades et à l’appui attentionné et efficace du directeur de la maison de la Culture dont elle en assure l’accueil. En ce matin du samedi 1er juillet, la salle qui lui est réservée est déjà pleine à craquer de jeunes gens agglutinés autour des tables où s’exposent les livres à échanger. A côté, une dame architecte, dédicace son propre ouvrage nouvellement édité. Juste à l’entrée, Walid accueille courtoisement ses « clients », examine et évalue les ouvrages proposés à l’échange. L’estimation s’effectue approximativement et rapidement selon l’état général de l’ouvrage, l’intérêt qu’il peut apporter au lecteur, la catégorie de contenu (manuel scolaire ou universitaire, littérature, polar, technique, etc..) et donne lieu à l’octroi de petits bons portant des valeurs scripturales. Après accord de son propriétaire, le livre est alors, estampillé d’un sticker d’une couleur correspondant à la valeur qui lui a été octroyé puis exposé et proposé à changer de main. Les bons serviront à acquérir un ou plusieurs ouvrages exposés à concurrence du montant global de ces petits billets d’échange. C’est un concept simple et opérationnel qui fait le bonheur des uns et des autres au vu de l’affluence de plus en plus forte qu’il suscite auprès des jeunes gens.
Les managers de cette louable initiative disposent d’une page de FaceBook dont voici le lien : https://www.facebook.com/BookSwapSetif/
Bravo pour Walid and co.
Hamoud ZITOUNI.


Partager cet article :
8 commentaire(s) publié(s)
Rachid :
Bonne et heureuse initiative ; félicitation aux bénévoles qui s’en occupent. Espérons que les algériens puissent se remettre à lire davantage.
Farès BELAL :
Très belle initiative. Bonne continuation
Aïssa :
Bravo et merci à Walid et à ses coéquipiers, merci au Directeur de la Maison de la Culture. Bonne continuation, et puisse cette belle initiative grandir et gagner toute l’Algérie, Incha Allah ! Et merci à Hamoud ZITOUNI pour son article. Salam..
nacer :
très bon article presque objectif, il aurait fallu donner quelques noms d’écrivainbs algériens mondialement connus juste pour mettre l’eau à la bouche. l’intellectuel qui secoue actuellement le monde ; KAMEL DAOUD, RACHID MIMOUNI, l’incontournable YASMINA KHADRA, RACHID BOUDJEDRA. le marocain DRISS CHRAIBI avec le passé simple,il disait « Aurons-nous un jour un autre avenir que notre passé ? » le Goncourt TAHAR BEN JELLOUN et son enfant de sable BONNE LECTURE
ELHADI :
Tres bonne initiative.Je lui souhaite longue vie.Il faut que ces jeunes soient encourages.Pour rehabiliter la lecture,en plus de cette initiative,il faut que nos ecrivains s’engagent en soutenant ces jeunes et en faisant des tournées dans nos établissements scolaires,tout palier confondu surtout au niveau du primaire car c’est à ce niveau là qu’on inculque aux gamins l’amour de la lecture pour que ça devienne une habitude bien établie.Bonne chance à ce club.
Aïssa :
@nacer : super bon commentaire, avec des apports très enrichissants = MERCI ! Salam.
Djafari :
Dis moi ce que tu lis, je te dirai qui tu es.
Djafari :
Mes meilleurs amis : Mes livres, mon stylo, mon bloc notes et avant cela, vous de setif.info.

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus