Accueil > Evénements >

Les médecins résidents marchent à Sétif

jeudi 22 février 2018, écrit par : Boutebna N.

Les marches qui se sont déroulées dans le calme ont eu lieu suite à l’appel du Collectif autonome des médecins résidents algériens (Camra).

Après Alger et Oran, les médecins résidents ont choisi les villes de Blida et Sétif, hier, pour faire entendre leur colère.

Les protestataires, au nombre d’un millier, selon les services sécuritaires et 3000 selon les organisateurs, ont manifesté depuis le CHU Saâdna-Abdenour en passant par la direction de sûreté de wilaya et la cité 8 mai 1945 (600-Logements). Ils ont soulevé tout au long de leur parcours plusieurs revendications relatives à l’amélioration de leur situation socioprofessionnelle et à l’annulation du service civil.

La marche qui s’est déroulée dans un climat de sérénité a eu lieu précisent des représentants des médecins résidents, suite à l’appel du Collectif autonome des médecins résidents algériens (Camra), à l’effet d’organiser des marches régionales pour exprimer leurs revendications.

L’impossibilité d’organiser ces marches au niveau de la capitale serait la raison qui a poussé le Camra, a-t-on appris, à opter pour ce choix. Les marches, selon les représentants des médecins constituent la seule voie qui puisse attirer les pouvoirs publics, quant à leur plate-forme de revendications.

L’autre objectif des marches, indique-t-on, est de faire adhérer la société. « La solidarité de cette dernière peut influencer la tutelle », pense-t-on. Pour rappel, le ministre de la Santé qui a reçu les représentants des médecins à plusieurs reprises, a pu solutionner de nombreux points. La satisfaction des points restants dépasse les prérogatives du ministère. Il est à rappeler par ailleurs que Mokhtar Hasbellaoui a reçu, avant-hier, une délégation de l’Union nationale de santé publique (Unsp) relevant du Syndicat national autonome des personnels de l’administration publique (Snapap) conduite par son président, Lakhal Amar, au titre d’une audience entrant dans le cadre du cycle de rencontres du ministre avec l’ensemble des partenaires sociaux. Durant cette rencontre, tenue en marge de la séance de travail avec la commission centrale de dialogue et les partenaires sociaux, les participants ont abordé un certain nombre de points en rapport avec la situation socioprofessionnelle des personnels de la santé, notamment celui concernant les travailleurs contractuels.

Selon l’Expression


Partager cet article :
20 commentaire(s) publié(s)
NAWARA LAFAYETTE :
Bravo les mèdecins !! Alger n’est pas l’Algerie C’est uniquement le siège social de tous ceux qui ont pillé et ruiné l’Algeriie depuis 1962 - Courage il reste Constantine Annaba et les grandes villes du Sud quand on voit le déploiement des forces de L’ordre... on peut etre sûrs que ceux qui ont l’habitude de se faire soigner en Europe sont entrain de faire dans leur froc .... !
Ramzy :
Cela aurait été plus « noble » de la part de ces résidents d’inclure dans leurs revendications les conditions de leurs formations, qui est, il faut l’avouer inexistante. Il n’y a pas si longtemps, les résidents d’ORL à Constantine, venaient pratiquement à se bagarrer pour assister à des interventions chirurgicales ….Et là, les « Brofessours » ne s’en merder pas de savoir qui aller rentrer au bloc. Ailleurs, et plus souvent qu’on ne le croit….Les soi-disant formateurs refusent carrément qu’un tel rentre au bloc avec eux (je n’ai pas besoin de les nommer au « CHU » de Sétif) ………….Et résultat du compte : un chirurgien que par la dénomination, un gynécologue qui ne maitrise pas « une césarienne » ??????
Commentaire n°278979 :
Chez nous ,aller cher le mrabet le 3araf ou chez les pseudos toubibs ,il n’y a pas de différence... Ces charlatans veulent le beurre et l’argent du beurre ....La matraque !
simple d’esprit :
Qu’ils soit dans la rue, internes résidents,pas trop de manque pars leur absences, ils ne sont guère aimables,les malades ne vont guère mieux,vous ne venez guère voir vos patients,mais assez peu productifs,malgré les facilités,ils n’entreprenne guère rien si on ne les sollicitent, pas de temps, vous en gagnez même,car vous serez plus à même de vous concentrer lorsque vous reprendrez votre travail.
Amar :
Je salue le courage et l’abnégation des jeunes médecins, ils disent non à une situation pourrie et à un système sanitaire archaïque qui a duré des décennies. Je salue également les enseignants du CNAPEST pour leur courage et leur résistance. Tous les secteurs de notre pays sont à l’agonie et tout le monde se tait sauf ces deux secteurs. Bravo.
Algérien :
Wach men médecine ? ? Wach men médecin !!! Aw fikou maea rewahkoum on est en 2018.
Slim :
YA NASS FIKOU FIKOU EL BLED BA3OUHA (VENDU) ET MAINTENANT ILS VEULENT LA DÉTRUIRE .... le Premier ministre Ahmed Ouyahia a avoué que l’État trouve actuellement d’énormes difficultés à prendre en charge les écoles primaires...« Aujourd’hui c’est aux élus locaux de chercher les moyens financiers pour une meilleure gestion de ces établissements.algeriefocus. - - - 1- Ou sont passes les 1000 Milliards de $ ?? 2 - Si le GOUVERNEMENT DE BOUTEFLIKA avec 1000 Milliards US$ N’ARRIVE PLUS A ASSURER LE MINIMUM AUX ALGÉRIENS(SÉCURITÉ, SANTER, EDUCATION, SERVICE PUBLIC).QU’ILS LAISSENT LA PLACE AUX COMPÉTANCES ALGÉRIENNES. 3- Les élues collectent les taxes pour la collectivité dans un état de droit, démocratique ou régne la justice . 4-Qu’attendre pour juger chakib Khalil (...)
EPSP SETIF :
la plus part des gestionnaires des établissements de santé n’ont reçu aucune formation dans le domaine de gestion hospitalière ils ne savent ni gérer ni communiquer tous simplement parce qu’ils sont parachutés dans ces postes.
Commentaire n°278989 :
La massification (crèche pour adultes universitaire), l’arabisation (terminale en arabe et les filières médicales en langue française), la mauvaise planification des facultés de médecine (presque dans chaque wilaya une faculté de médecine malgré le manque d’encadrement) et le système d’orientation (sélection en amont sans concours) ont généré un système de santé archaïque ne répondant guère aux préoccupations des populations. Le fruit de ce système : des spécialistes qui n’arrivent même pas à rédiger correctement une ordonnance. Coté médical, n’en parlons pas (erreurs médicales, faux diagnostiques, bavures). Nos hôpitaux sont devenus des abattoirs. A qui la faute ? L’Etat a ouvert ces filières dans chaque wilaya sous la pression de la rue et pour des raisons politiques dont nous sommes entraine de payer très cher les conséquences. Nos responsables ont raison d’être soignés à l’étranger au lieu de l’être dans des abattoirs. Si j’étais à leur place je le ferais et je ne risquerai (...)
Commentaire n°278992 :
Salam , Nos residents et medecins doivent inclurent dans leurs revendications une meilleure formation quitte à faire venir les praticiens algeriens ou français pour cette mission. Il y va du systeme de soins destiné au petit peuple et de sa santé .Les pauvres continuent de faire les frais de cette mésaventure mortelle à ts les niveaux.
Message aux contestataires :
Si on veut une Médecine de qualité, il faut revenir 25 ans en arrière et voir ce qu’il en était : Le taux de réussite au Bac ne dépassait jamais 18%, Une fois admis à l’université, on se retrouvait une promotion de 1000 candidats au concours de la 1re année, Seulement 10% arrivaient à être admis en Médecine, et cela faisait des promotions de 90 à 100 étudiants (du temps du feu Docteur Amrane), Au concours de Résidanat, il y’avait 15% de taux de réussite : dans les meilleures années, la faculté de Médecine de Sétif arrivait à décrocher une 10aine de postes au concours de Résidanat de Constantine. Pour se résumer : 18% au Bac, et 10% de ces 18% admis au concours d’entrée en Médecine, et seulement 10% de ces médecins généralistes admis au concours de spécialités : celui qui arrivait au bout de l’aventure ne pouvait pas profiter de sa jeunesse, mais ils sont connus, et leurs niveau rivalise avec les meilleurs universités (...)
mehdi :
Quand ça va, tout va, dit-on… La médecine, l’enseignement comme n’importe quel autre secteur, malheureusement sont mal gérés. Le résultat on le vit au quotidien. Il ne faut pas cacher le soleil avec un gharbel, la faute n’est pas celle du médecin, de l’enseignant, du policier ou du gendarme. Toute la faute est celle d’un système archaïque qui n’excelle que dans la corruption, le clientélisme, l’égoïsme, la hogra etc… etc… Pourquoi les dizaines de milliers, de nos cadres compétents, tous secteurs confondus, ont quitté le pays, pour d’autres cieux plus cléments ? Pourquoi nos jeunes et moins jeunes risquent leurs vies, rien que pour échapper à la mal vie dans leur pays ? Les sages et dignes algérien(ne)s ne cessent pas de crier, de toutes leurs forces, que les solutions, de tous les problèmes que vit le pays, ne peuvent venir que par un changement radicale, du système politique qui cédera la gestion du pays, aux gens intègres, compétents et qui aiment leur peuple et (...)
le berri :
ce nest pas quelques centaines de medecins et quelques milliers d enseignants qui vont empecher ces vampires de dormir.ce systeme batard venu d oudjda s adapte a toutes les situations et a de longues decennies devant lui le faux medecin ould abbas a raison de dire que le fln est la pour un siecle.ils connaissent tres bien ce peuple en 62 il y avait 400 mille harki et suplletifs de l armee francaise pour 40 mille moudjahids.ce pays est une tragedie greque.mes salutations a la fleur de lafayette
Mohamed :
Ce qui est regrettable, c’est le fait qu’ils ne veuillent même pas assurer le service minimum, ou est la conscience professionnelle dans tout ça ? Une grève doit être cyclique et non indéfinie. Et qui c’est qui paye le prix pour cela hormis le pauvre malade délaissé ? N’oubliez pas que vous aurez des comptes a rendre a Rabi sobhanou ...
boutaiba LA :
Message aux contestataires : malheuresement, ce brevet(bac) n’existe qu’en france et ses ex-colonies.
non merci :
Ils veulent nous faire avaler leur pilules qui tuent bisif.
Commentaire n°279035 :
permettez moi de sortir du cadre de l’article pour aborder un autre sujet : Et si on debattait de la question de l’ecole et de l’enseignement en general ? c’est une veritable plaie pour l’avenir de l’algerie. Y aura t-il un article sur le sujet ? salam
Commentaire n°279048 :
CHAAAB KHR......TOUS LE MONDE CRITIQUE LE PAUVRE PETIT ETUDIANT QUI RÉCLAME 2 SOU MAIS QUAND OUYAHYA FAIT DON DE 200 MILLIONS D EURO A SON AMI HADAD ET QUE SA FAIT LA 1ERE PAGE DES JOURNEAUX PERSONNE NE TROUVE RIEN A DIRE TFOU........
aissa :
BRAVO à tous ces médecins :ils ont raison de se défendre : car ils défendent NOTRE SANTÉ par voie de conséquence ! Le gouvernement ne les respecte pas, et ne reconnaît pas leur place primordiale dans notre système de santé ! Le gouvernement essaie de bloquer le départ de nos médecins, car il constate le nombre important de médecins d’origine algérienne exerçant en France et en Europe. Et leur départ va continuer, et comment allons-nous être soignés ? ? ? Tout le monde n’a pas l’argent ( mal acquis) de nos dirigeants qui vont tranquillement se faire soigner en France, en Suisse,en Turquie ou ailleurs ! Salam.
Commentaire n°279065 :
Message aux contestataires : CE JOUR TOUT LES DOCTEUR ALGERIEN SONT EN FRANCE

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus